top of page

Julien Stock, un corps en stock

Seul compétiteur dans sa catégorie Handisport de Culturisme, Julien Stock a néanmoins dû montrer tout son potentiel auprès du public et surtout des juges. L’athlète parasportif s’est livré sur scène dans cet évènement très symbolique à Colombes. Découverte d’une âme parasportive qui veut donner de l’impact dans le monde des muscles.

Culturisme
Julien Stock fier de son slogan : Faire de son handicap, une force

Julien Stock présent au gala international pour « faire de son handicap une force »


Joël Gata met l’accent sur l’accessibilité dans la Culturisme. Julien Stock a saisi l’opportunité de performer sur scène. Devant le public et les juges, il a ressenti une grande émotion en étant un acteur important d’un rendez-vous très symbolique. « Je suis venu avec tout mon cœur. J’ai fait de mon mieux, Je suis assez fier de ma prestation, a témoigné Julien Stock. Sur scène, J’ai fait passer un message par mon slogan inscrit sur mon t-shirt : Faire de son handicap, une force. Je remercie le public de leur encouragement et applaudissement », a-t-il relevé avec bonheur et courage alors qu’il a découvert le Culturisme, il y a seulement quelques mois.


L’athlète rentre dans cette discipline depuis seulement cette année. Amputé à la jambe gauche à cause d’un accident de la route à 15 ans, le sportif s’est initié dans l’univers des muscles par l’Haltérophilie, deux plus tard. Il a d’ailleurs obtenu des titres de champion de France en développé couché. Il s’est ensuite longuement éloigné de la compétition sans pour autant arrêter le sport. « Sans faire de Bodybuiling, j’entretenais mon corps dans le but d’avoir une bonne santé », a déclaré Julien Stock.

Culturisme
Julien Stock montrant ses muscles


La révélation intervient en mai ! « Je me suis lancé dans le Bodybuilding en mai dernier, lors d’une compétition au Perray-en-Yvelines. Cela était un déclic à ce moment-là ». L’athlète a effectué ses premiers pas puis enchaîné les compétitions en obtenant un titre majeur en Espagne. A Salamanque, il a remporté un sacre européen ensuite décroché une victoire mondiale en terres italiennes dans la ville de Pérouse, début novembre. Enchaînant les victoires en Culturisme, Julien Stock s’est adapté aux défis qui entourent cette discipline.





Le handicap face à cette discipline finalement complexe


« Je suis encore débutant mais j’ai trouvé que mon posing était plus souple et faisant attention à mon équilibre », a expliqué Julien Stock pour parler de sa prestation. L’athlète s’est entraîné durement pour trouver son propre posing, un exercice prédominant du Culturisme. Cela demande une certaine perfection corporelle pour montrer ses muscles quand on se produit sur scène. Le sportif expose en détail comment se passe le surdéveloppement musculaire.

Culturisme
Julien Stock sur scène complément fier de son corps

Définition d’un mouvement statique et énergivore. Le posing se traduit par « une contraction musculaire avec des angles bien précis pour faire ressortir le galbe musculaire ». Il a révélé la façon dont il procède pour exécuter les poses imposées en s’accommandant avec son handicap. « Quand on est en pleine contraction, on a tendance à être déséquilibré avec ma prothèse de la jambe gauche. Mon appui s’exerce vers la jambe droite, a-t-il précisé face à cette problématique corporelle. Il faut s’entraîner durant beaucoup de temps. Au début, on pose comme un robot et au fur et à mesure du temps, on arrive à s’équilibrer en ayant plus d’harmonie et d’élégance ». Le sportif a souligné l’accumulation des entraînements afin de trouver la position adéquate. D’ailleurs, Julien Stock devait avoir une préparation stricte pour performer au gala international organisé par Joël Gata.


« Je suis ma diète depuis longtemps. J’ai commencé la préparation pour le gala international,15 jours auparavant, a mentionné l’athlète. La première semaine, j’ai fait baisser mes glucides. Sur la deuxième, je les avais consommé en possédant 6 litres d’eau et beaucoup de sel dans le corps et en éliminant mon stock de glycogène. J’ai fait ensuite de la rétention d’eau. Julien Stock a énuméré les étapes importantes pour rendre son corps optimal à l’effort durant la compétition. A 3 jours de l’événement, j’ai presque coupé l’eau pour ne pas être complétement déshydraté. Mon corps s’est rechargé en glucide pour remettre de l’hydrate de carbone. J’ai pu gonfler et prendre du volume alors que je me suis présenté sur scène. Le protocole a fonctionné puisque la diète ne doit pas être loupé sur la dernière ligne droite de la préparation ».


Le Culturisme, une façon de disparaître un complexe pour Julien Stock dans sa tête


Un sport permettant de s’assumer pleinement son corps ! Julien Stock ressentait une hantise depuis qu’il vit avec son handicap. Il n’arrivait pas à dévoiler sa jambe amputée en public. « En ouvrant une parenthèse, j’ai tout le temps fait de mon handicap un complexe car je le vivais mal : toujours en pantalon, ne jamais aller à la piscine ou à la plage. Serrant les poings, je me suis dit : « il faut que ça change » ». Lors de cette compétition à Perray-en-Yvelines, il a sauté dans l’inconnu et a trouvé cet antidote pour vivre sans ce complexe.

Culturisme
L'athlète en pleine pose devant le public et les membres du jury

Julien Stock a raconté ce moment sur scène devant le public. « Je me suis mis à nu sur scène vêtu d’un slip de scène pour effectuer mon posing. J’ai eu ce déclic en étant fier de moi, a ressenti l’athlète complètement décomplexé. Grâce aux applaudissements et encouragements du public, ceux-ci a fait disparaître mon complexe. Ma vie a changé depuis cet instant intense. Je suis désormais fier de me montrer naturellement en short », a-t-il déclaré en assumant son corps grâce au Culturisme.


Faire disparaître s'avère complexe et demande un travail collectif. Julien Stock a voulu remercier les membres de sa famille qui sont impliqués dans sa réussite actuelle. « Dédicace », le mot utilisé par le sportif pour sa compagne Séverine. Cette dernière est présente pour soutenir et supporter son compagnon « qui n’est simple à vivre » en période de diète. Elle « prépare les aliments et aide les peser aux milligrammes près » lors de chaque préparation avant un compétition. Julien Stock a mentionné aussi la participation de son fils Quentin dans ses aventures. D’ailleurs, il accompagne son père par divers modes de transports pour l’encourager comme aux Mondiaux ICN à Pérouse.


Faire de son handicap, une force ! Un hymne devenu son mode de vie de tous les jours. Julien Stock a découvert le Culturisme dans le but de se libérer de son complexe par rapport à son corps. Assumer et s'assumer ont porté l'athlète pour enfin accepter son handicap aux yeux du public. Les sportifs porteur de handicap peuvent s'épanouir dans n'importe quelle discipline. Dans ce cas de Julien Stock, la révélation a été le Culturisme qui lui a permis de lever le voile sur son corps. D'ailleurs, il a déclaré entamer sa troisième vie : une première normale (de sa naissance à son accident à 15 ans) et une deuxième difficile (allant de son accident à la compétition au Perray-en-Yvelines, en mai dernier). Le handicap est un obstacle qui peut néanmoins être franchi ensemble. L'athlète lance un appel aux personnes en situation de handicap qui veulent le suivre jusqu'au succès.

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page