top of page

La dépossession du XV de France vs la confiscation de la balle du 11 type de la Roja

Le ballon et son utilisation nous questionnent au sujet de la philosophie de jeu. On va confronter deux disciplines afin de décortiquer la possession de ballon : le Rugby et le Football. Analyse de deux pensées de jeu concernant la manière de gagner un match. À qui le ballon ? Le XV de France ou le 11 de la Roja.


Dépossession ou le jeu d’occupation du XV des Bleus


Faire mal sans le ballon ! Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France, a construit une sélection dominante grâce au jeu de dépossession. Cette manière de jouer consiste à lâcher le ballon afin de mettre en difficulté son adversaire. Pour mettre à bien cette stratégie, il faut utiliser le jeu d’occupation via les coups de pied. Ceux-ci permettent de mettre une pression défensive à l’équipe opposante qui est à l’attaque dans une position inconfortable. Le jeu des Bleus consiste à “taper le ballon avant d’être obligé de le faire” d’après les mots de Galthié. Cette stratégie de dépossession incite donc aux joueurs à se débarrasser du ballon avec un nombre de passes très faible pour tenter d’envoyer le ballon dans le camp adverse. La dépossession s’avère un moyen avantageux de contrôler l’espace de l’adversaire.


L’obsession de la passe chez les Espagnols


Le dogme de la possession de façon démesuré. L’équipe de football d’Espagne juge son jeu sur l’abondance de passes qui a permis de remplir son palmarès : le mondial 2010, l’Euro 2008 et celle de 2012. Converser le ballon impose la présence de joueurs très techniques qui font preuve d’agilité et d’intelligence. La possession permet de prendre en main le contrôle du jeu face l’adversaire privé de ballon et obligé de défendre. Ce jeu stratégique possède l’avantage de gérer son effort. Elle contraint l’adversaire à dépenser beaucoup d’énergie pour défendre ou prendre le ballon sur des longues séquences de possession. Confisquer le ballon amène des occasions et permet d’avoir de nombreuses chances de marquer des buts pour gagner un match.


Le diktat du jeu prédomine le pragmatisme !


Trouver une identité de jeu. Les deux équipes nationales aux disciplines diverses ont trouvé leur manière de jouer dans leur idéal en fonction de leur force en présence. Elles ont installé depuis plusieurs années dans leur tête cette identité par rapport à l’utilisation du ballon. Il est alors difficile de changer de philosophie ou jouer contre nature.


Le 11 de la Roja, exemple d’une équipe sportive qui n’arrive pas être pragmatique. Lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar, les Espagnols ont réussi à perdre en phase de poule contre le Japon (2-1) et être éliminé en 8e face au Maroc (0-0 ; 0-3 TAB) avec une possession de balle très élevée. Sur les deux matchs, ils ont eu la fâcheuse tendance de faire tourner le ballon sans chercher à jouer direct. La Roja, dominateur dans l’aspect territorial, s’est procuré moins d’occasions franches que l’adversaire évoluant souvent en contre-attaque. Cette analyse est récurrente lorsqu’on regarde un match de l’Espagne. Dans la tête des Espagnols, jouer autrement n’est pas envisageable et discrédite ses principes concernant l’utilisation du ballon.


Changer sa nature dans le jeu n’est pas une preuve de victoire ! Le XV de France a voulu s’engager dans la possession du ballon lors de sa défaite contre l’Irlande (19-32) au tournoi des VI Nations. Les Français ont tenu le ballon en multipliant les passes et tentant des relances depuis son propre camp à l’image de l’essai de Damian Penaud. Cependant, ils sont heurtés à la maîtrise technique et physique de l’Irlande. Le XV de Trèfe a dominé dans le jeu grâce à sa rapidité, son efficacité et conservation du ballon qui ont permis de mettre à mal les Bleus. Malgré un bon match effectué, la sélection de Fabien Galthié n’a pas été en mesure d’être à son avantage concernant la possession.


Revenir aux sources. Lors de la journée suivante, les Bleus ont renoué à la victoire revenant à leur base. Face à l'Ecosse (32-21), le XV de France est revenu à la dépossession avec une victoire. En effet, les tricolores ont laissé leur adversaire occuper le terrain à 60 % et ont une possession de balle à 45 %. Avec le peu de ballon joué, ils ont réussi à inscrire, avec un réalisme remarquable, 4 essais contre 3 dans cette rencontre.


Avoir le ballon, c’est gagner et perdre. L'utilisation de la balle révèle les ambitions d’une équipe et l’identité de jeu. L’Espagne a tendance à monopoliser le ballon pendant un certain moment avant de trouver la faille face à un adversaire qui souvent camper devant sa cage. Le problème de l’utilisation du ballon espagnole est ciblé sur le fait qu’il y a un abus de passes et le manque d’occasions franches. Laisser le ballon à l’opposant pour le contrer facilement. C’est le mot d’ordre de l’équipe de Fabien Galthié qui compte sur le jeu d’occupation, la pression défensive et la récupération haute pour gagner les matchs. Le ballon, un objet à conquérir pour marquer avec différentes manières.

12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page