top of page

Futsal : le Portugal et ses épreuves lors de l’Euro aux Pays-Bas

Le Portugal, champion d’Europe pour la deuxième fois de son histoire. Cette sélection, entraînée par Jorge Braz, a tenu son costume de favori de la compétition malgré des scénarios de match en leur défaveur. Analyse du parcours glorieux, avec une pincée de suspense, des Portugais lors de l'Euro 2022.

Le Portugal s’impose comme le roi du monde


Première étoile en Coupe du Monde avant l'Euro


La Seleção das Quinas appartient enfin au gratin mondial du Futsal en compagnie de l’Espagne et du Brésil. Les Portugais ont réussi à inscrire une première étoile sur leur maillot lors du Mondial 2021 en Lituanie. Avec son meilleur joueur Ricardinho, le Portugal a soulevé son premier titre mondial contre l’Argentine, tenant du titre. Dans une rencontre serrée, le Pays des Œillets s’est emparé finalement du trophée mondial au détriment de l’Albiceleste (2-1) par l’intermédiaire de Pany Varela, auteur d’un doublé (15’ et 28’). Maîtres du monde, les Portugais voulaient le rester aussi dans le Vieux Continent.


Pour cette compétition continentale, le Portugal de Jorge Braz s’est passé des services de Ricardinho qui a mis un terme à sa carrière internationale. Le sélectionneur pouvait néanmoins compter sur un effectif de haut niveau. Quand on entend les noms de Zicky, Bruno Coelho, André Sousa ou encore João Matos, Braz se frotte royalement les mains. Dans ce rendez-vous se déroulant aux Pays-Bas, le Portugal a dû se confronter à une forte adversité pour conserver son titre européen après 2018.


L’Espagne, la Russie entre autres pour barrer la route du Portugal


Les Portugais savaient qu’ils pouvaient être contrecarrés de toute part avant son entrée en lice au vu nombre de favoris comprenant l’Espagne et la Russie. Sacrée 7 fois de l’Euro, la Roja de Federico Vidal a des fortes envies de victoire avec des joueurs forts et très expérimentés tels que Dídac Plana, Chino, Sergio Lozano ou encore Carlos Ortiz. Hormis l’Espagne, il y a aussi la Russie emmenée par Ivan Chishkala et Anton Sokolov. Le Kazakhstan s’annonçait comme un candidat sérieux au titre avec la présence dans l’effectif de Birzhan Orazov et de Douglas Junior. Un sacré monde pour décrocher ce sésame. Mais le Portugal possédait le talent et l'esprit tactique de surmonter les épreuves pour gagner son deuxième titre.


Le Portugal, maître du Vieux Contient en deux temps


Temps de la domination en phase de groupe


Une perfection lors de la phase de poule. Au sein du groupe A, le Portugal n’a pas eu du mal à se positionner à la première. La formation de Jorge Braz a joué le jeu de la gestion avec des victoires dominantes contre Serbie (4-2), Pays-Bas (6-1) et l’Ukraine (1-0). Le champion du Monde 2021 a dressé une prestation conforme à son standing dans un groupe assez facile. En quart de finale, les Portugais ont affronté une équipe finlandaise très surprenante.


Temps du talent en phase finale


Face une Finlande très accrocheuse (3-2)


Outsider du groupe B, la Finlande de Mićo Martić s’est qualifiée pour la phase finale suite à sa victoire ultra importante contre la Slovaquie (2-1). Grâce à des buts de Juhana Jyrkiäinen et Juha-Matti Savolainen, la Suomi a arraché la deuxième place de son groupe derrière le favori, le Kazakhstan. Les joueurs de Martić ont joué leur va-tout face aux Portugais en quart de finale.


Dominateur dans les statistiques et sur le terrain, le Portugal a cependant peiné dans le jeu contre un adversaire qui n’a jamais lâché dans cette rencontre. La formation lusitanienne s’est imposée sur le score de 3 buts à 2 avec notamment un doublé de Afonso Jesus. Très réaliste avec peu d’occasions devant le but d'André Sousa, les Finlandais ont pris, à revers leur adversaire à deux reprises par l’intermédiaire du capitaine Panu Autio et l’attaquant Mikka Hosio. Pour conserver son sacre européen, les Portugais ont dû faire face, sur leur route, à l’Espagne et la Russie. Malmené au score, le Portugal finit victorieux à la fin !


Première remontée face à la Roja (3-2)


Lors du match du dernier carré contre l’Espagne, le Portugal a aligné une formation composée d’Erick, João Matos et Bruno Coelho en défense, Pany Varela seul en pointe. Les Champions du monde en titre, vont mal rentrer dans leur match dès le coup d’envoi. L'Espagne a ouvert le score en seulement 17 secondes de jeu grâce à une belle action collective conclue par Raúl Gómez. Suite à ce premier but marqué, la formation de Fedrico Vidal a continué à mettre la pression au Portugal acculé devant sa cage.


Après 5 minutes de flottements, la Seleção das Quinas s’est précipitée dans le camp espagnol avec notamment l’occasion de Verela sur le poteau de Didac Plana. Délaissant la possession pour les Portugais, la Roja a évolué par moment en contre, pour se procurer des occasions. Sur l’une des incursions dans le camp portugais, les Espagnols vont doubler la mise sur une frappe à mi-distance de Chino (12'). Avec une agressivité et réalisme, l’Espagne a mené au score en première mi-temps bien que le Portugal ait eu des actions pour réduire la marque. Dans le deuxième acte, les Lusitaniens vont pousser pour gagner quitte à perdre. En délaissant sa cage, le Portugal a voulu créer du surnombre dans le camp adversaire avec un jeu de possession et de circulation de la balle rapide et une permutation des rôles des joueurs pour déstabiliser les Espagnols. Réduisant l'écart par penalty par l'intermédiaire de Bruno Coelho (26'), les Lusitaniens ont trouvé la faille collectivement mais aussi individuellement.


Zicky, l’homme à tout faire ! Remplaçant, mais impactant dans le jeu, l’attaquant du Sporting Portugal a fait la différence à lui tout seul à l’image de l’égalisation. Recevant une passe au niveau de la surface espagnole, l’attaquant a fixé longuement le défenseur adverse et enchaîné une frappe précise et victorieuse pour mettre les compteurs à zéro (31'). Zicky a récidivé et donné la victoire aux siennes en renard des surfaces. Le joueur a profité du tir puissant de Miguel Gomes devant la cage espagnole pour le cuir dans les filets à l’aide de sa cuisse (38'). Ça fait deux fois de suite que le Portugal remonte de deux buts face à l’Espagne depuis le quart de finale au dernier Mondial. Avec encore une rencontre à suspens, le Portugal a joué le titre face à la Russie.


Deuxième scénario renversant contre les Russes (4-2)


Bis repetita face aux Russes ! Le Portugal, victime d’un début de rencontre mollasson, se font punir par l’adversaire. Avec une équipe composée d'Andrei Afanasyev et du capitaine Dmitri Putilov, la Russie du sélectionneur Sergei Skorovicha a marqué son territoire dans les premières minutes. Par un travail formidable dos au but, Anton Sokolov a inscrit la premère réalisation de la rencontre en s’aidant des mains fragiles du portier portugais. Une deuxième réalisation russe est intervenue à la suite d’une attaque rapide conclue d’une frappe croisée d'Afanasyev. 2-0 pour la Russie, le réveil portugais !


Encore une réaction immédiate et gagnante des Lusitaniens ! Contrairement contre l’Espagne, le Portugal va revenir dans la rencontre avec une domination assez nette en seconde période. Défendant assez bien avec une possession de balle maitrisée, les champions du monde ont géré parfaitement ce déficit au score de manière collective. Ils ont réduit l'écart par un tir plein axe de Tomás Paço après une remise en jeu rapide en fin de mi-temps (18) puis égalisé sur un but contre son camp (26'). Lors du deuxième acte, le Portugal a ensuite déroulé logiquement avec deux autres buts signés. D'abord, il y a André Coelho sur un jeu en triangle (31') et Pany Varela concluant le sacre des siens dans une cage vide (38'). Deuxième Euro pour la troupe de Jorge Bras.


Le Portugal devait confirmer son statut de grande nation de Futsal. Les Lusitaniennes ont répondu présent en maîtrisant les adversaires faciles et en se déployant lors des grandes confrontations. Les Portugais ont été clairement au dessus dans cet Euro que ce soit dans le jeu, la tactique ou le mental. Sans la présence du Ricardinho, la formation est restée néanmoins forte avec des valeurs sûres sur le terrain pour surmonter des montagnes. Contre l'Espagne et la Russie, elle a montré qu'elle possédait de nombreuses ressources pour gagner des matchs difficiles et surtout remporter des titres.


Source :


https://as.com/masdeporte/2022/02/04/polideportivo/1644005246_710758.html (España se topa otra vez con Portugal, su bestia negra, AS)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Équipe_du_Portugal_de_futsal_FIFA (Équipe nationale du Portugal en Futsal, Wikipédia)









Comments


bottom of page