top of page

Curling Handisport : la Chine et son deuxième titre mondial

Dernière mise à jour : 4 janv. 2022


La Chine rivalise avec les pays majeurs depuis quelques années au Curling Fauteuil. Au dernier championnat du monde à Pékin, la nation asiatique a fait la différence lors d’un parcours quasiment sans faute pour soulever son deuxième sacre de son histoire. Contrairement aux valides, les Chinois font désormais partie des mastodontes de la discipline. Focus sur l’Emprise du Milieu, maître de la pétanque sur glace.


Le Curling Fauteuil : la pétante sur glace


Né dans les années 90 en Suisse, le Curling Handisport s’est ensuite développé en Amérique du Nord. Grâce à son émergence grandissante, la pratique est devenue une discipline paralympique depuis les Jeux de Turin en 2006. Le curling handisport possède des similitudes avec la pétanque ou même le boccia. Très porté sur la précision, la patience et la tactique, le principe du curling handisport est d’avoir un maximum de pierres près d’une cible à anneaux concentriques.


Adressée à des personnes ayant des difficultés physiques aux membres inférieurs, la discipline se joue en fauteuil roulant sur un terrain rectangulaire en glace d’une dimension de 42 mètres de long sur 4,5 mètres de large. Cette surface glacée comporte une ligne de lancer et une cible à anneaux circulaires, appelée aussi la “maison”, présentant un diamètre de 3,66 mètres.


La particularité du Curling Fauteuil réside par sa mixité puisque, dans une équipe, les hommes et les femmes doivent jouer ensemble. Une rencontre se dispute en 6 à 8 manches avec 2 équipes de 4 joueurs. Chacun joueur doit glisser de 2 pierres pesant 19 kg par manches avec l’aide d’un bâton adapté. Mettre des pierres près d’une cible, la Chine commence à se distinguer fortement face aux Européens.

Le déclic chinois lors des Jeux Paralympiques de Pyeongchang


Depuis la création du championnat du monde en 2002, ce sont les Européens qui semblaient les maîtres du jeu. La Russie, la Norvège, l’Écosse et la Suisse ont déjà réussi à remporter un titre mondial. Excepté le Canada, le curling est à dominance européenne. La Chine va se découvrir des compétences dans cette discipline paralympique avec des joueurs possédant d’énormes qualités.


D’une bonne équipe à outsider


Avant de faire partir des cadors de la pétanque sur glace, les Chinois avaient l’étiquette d’une bonne équipe : le capitaine et stratège WANG Haitao, le premier lanceuse Xu Guangqin, le second He Jun et le troisième Liu Wei. Lors du mondial en Corée du Sud (2012) et en Russie (2013), la délégation chinoise a pris à deux reprises la place de troisième. En 2015 dans les patinoires finlandaises, les coéquipiers de Haitao se sont mis encore en valeur avec une médaille d’argent après une défaite contre la Russie d’Andrey Smirnov (4-7). La Chine s’est révélée au grand jour après quelques années avec l’étiquette d’outsider. L’or paralympique de 2018 a donné le ton.


D'outsider à cador


Le Canada surpassé par la muraille chinoise. Anciennement entraînés par Joe Rea, les Nord-Américains ont raflé 3 trois médailles d’or depuis l’intronisation de la discipline aux Jeux. En 2018, leur hégémonie a été contestée en raison de la présence de la Chine. Cette dernière s’est positionné 3e derrière la Corée du Sud et le Canada, avec 9 victoires et 2 défaites, au sein d’un groupe unique de 12 nations. En demi-finale, les Chinois ont créé l’exploit de sortir le Canada sur le score de 4-3. L’Empire du Milieu a connu quelques changements dans son équipe avec la venue Jianxin Chen et de Meng Whang pour ces Paralympiades. Avec toujours les taulières en place Haitao Wang et Liu Wei, la Chine s’est offert son premier titre majeur avec l’or paralympique contre la Norvège (6-5). Après la victoire façon “Agitos” avec la coach Qingshuang Yue, les triomphes mondiaux.


La Chine fait partie des grands du curling handisport


Le premier titre de champion du monde dans le pays des Scots


Le nouveau coach Li Jianrui a réussi à mettre la Chine au sommet du monde. Joueuse de curling chez les valides, elle a contribué à la victoire de la Chine au championnat du monde 2019 en Écosse. Les coéquipiers de Haitao Wang effectuaient une grosse performance dans la première phase de ce mondial en Écosse en trustant à la première place devant notamment la Norvège de Rune Lorentsen et l’Ecosse emmenée par Aileen Neilson. Avec un bilan de 8 victoires en 10 matchs, les Chinois ont pris un bel avantage pour le titre mondial en étant directement qualifiés en demi-finale. Corrigeant la Suisse en Playoffs (10-2), la Corée du Sud a cédé face à l’équipe de Li Jianrui sur le score de 5-2. Pour offrir son premier triomphe mondial, la Chine a fait face au pays hôte.


Contre l’Écosse vainqueur de la Norvège (7-3) en demi-finale, la Chine a surmonté cet adversaire pour gagner la finale. Les Chinois ont notamment inscrit un point dans la 2e, 4e et 5e manche. Bien que les Écossais aient marqué deux points, l’Empire du Milieu a assuré la victoire en réalisant deux points dans la dernière manche. Cette première or mondiale va être succédée par une deuxième à la maison après un gros échec en Suisse.

Le second dans la Capitale de la Cité Interdite


Contrairement à 2021, l’année 2020 n’est pas un bon souvenir pour la troupe de Jianrui. La Chine a vécu une véritable désillusion lors du championnat du monde en terres suisses. Après avoir pris la première place avec 11 victoires en autant de rencontres en phase de groupe, les Chinois ont été surpris par la puissance russe en demi-finale. L’équipe du capitaine Konstantin Kurokhtin a sorti leur adversaire sur le score de 9 points à 4. Les Tsars ont fait la différence en fin de partie en marquant 5 points sur les 3 dernières manches. Par la suite, ils se sont offert leur quatrième succès mondial de leur histoire grâce à une histoire en finale contre le Canada (5-4). Les Chinois, eux, ont terminé à la 4e place après avoir été battus par la Suède de Viljo Petersson-Dahl. Ils sont néanmoins revenus lors du mondial chez eux.


En octobre dernier, le championnat du monde 2021 en Chine était un bon moyen d’être une énorme menace pour les Jeux Paralympiques en février prochain. Toujours avec la présence du capitaine emblématique Haitao Wang, Jianxin Chen et notamment Mingliang Zhang, la nation asiatique a eu les arguments pour battre leurs adversaires. Pour cause, Les Chinois se sont positionnés une nouvelle fois à la première place en phase de poule avec 9 victoires et 2 défaites. Ils sont arrivés naturellement en finale grâce à une victoire contre l'États-Unis (8-5). Désireux de redevenir championne du monde, la Chine s’est dressée devant les redoutables suédois. Troisièmes de la phase de groupe avec 8 victoires et 3 défaites, les Scandinaves ont donné la leçon à l’Écosse (10-3) en Playoffs et la Russie (12-3) en demie. Mais contre la Chine, c’est une autre histoire. Dans une finale disputée, la formation, entraînée par le duo Qingshuang Yue /Ran Zhao, est venu à bout de la Suède (5-3). Il aura fallu une 9e manche pour que la Chine fasse la différence avec deux points marqués.


Avec deux titres de champion du monde à son actif, la Chine s’inscrit logiquement dans l’histoire de la discipline avec l’apport de joueurs devenus marquants. Lors des Jeux Paralympiques à Pékin, les Chinois sont en mesure d’enchaîner un deuxième sacre bien qu’il ait une forte concurrence venue d’Europe.

Sources :

Curling : Fiche technique (Fédération française de Handisport)

Curling fauteuil (Comité Paralympique et Sportif français)

10 vues0 commentaire

コメント


bottom of page